amancevilleaubois.fr
amancevilleaubois.fr
amancevilleaubois.fr

SERVICES PUBLICS

Plus de six Français sur dix estiment que les services publics fonctionnent « mal »

 

L'hôpital et la justice sont les secteurs les plus sévèrement jugés, selon un sondage Ifop pour le Journal du Dimanche. Toutes les catégories sont concernées, y compris les fonctionnaires, ceux-ci considérant à 58 % que les services publics sont déficients. 

 

 

Près de 43 % des Français jugent que les services publics fonctionnent « assez mal », et 18 % considèrent qu'ils fonctionnent même « très mal ». C’est le résultat d’une enquête réalisée par l’Ifop pour le Journal du Dimanche (JDD), publiée hier, auprès de plus de 1 500 personnes qui ont été sondées en ligne du 2 au 4 novembre.

Une opinion négative partagée par 61 % des Français qui est devenue « majoritaire dans toutes les catégories », les fonctionnaires eux-mêmes n’échappant pas à la règle, 58 % d’entre eux considérant que les services publics sont déficients.

Des résultats qui tombent quelques jours après le lancement par le gouvernement d'une large concertation autour du service public, « dans l'esprit »  du Conseil national de la refondation installé en septembre par Emmanuel Macron.

Hôpital : 81 % des fonctionnaires le jugent défaillant

Dans le détail, c’est surtout la justice qui s’attire le plus d’opinions négatives (77 %) alors que le budget de la place Vendôme ne cesse d’augmenter depuis trois ans. Suit de près l’hôpital avec 73 % de Français mécontents du service. Un secteur particulièrement symptomatique puisque ce sont les fonctionnaires eux-mêmes qui sont les plus sévères avec 81 % d’entre eux qui en conservent une image négative. Pôle emploi (64 %) et la police (54 %) ferment la marche pour ce qui est des opinions majoritairement dégradées.

Malgré des enveloppes en augmentation, l’ouverture de 2 000 maisons France services sur le territoire ou encore l’annonce récente de la réouverture de sous-préfectures, « Emmanuel Macron se verrait présenter l’addition pour tous ses prédécesseurs », écrit le JDD.

Le ministre de la Transformation et de la Fonction publiques, Stanislas Guerini, estime ainsi dans l’hebdomadaire que « ce ne sont pas des sujets nouveaux ». « On vit avec ces difficultés depuis de nombreux mois et années. Cet été on craignait pour nos urgences, à la rentrée se posait la question du nombre de professeurs… », les politiques libérales des années 1980 et le désinvestissement massif dans les services publics étant pointés du doigt. 

École et Sécu, les plus fiables

« La réassurance dans le pays provenait jusqu’ici de ses services publics, de la gratuité de l’école et de notre modèle social. Là, les Français se mettent à douter », constate dans le JDD Frédéric Dabi, directeur général de l’Ifop.

Tout n’est toutefois pas noir puisque l’école, l’université et plus encore la Sécurité sociale fonctionnent encore « bien », selon une courte majorité de Français. Respectivement, ces trois secteurs reçoivent 52 %, 53 % et 56 % d’opinions positives. Cependant, il n’y a plus que les 18-24 ans qui conservent encore une image positive des services publics dans leur ensemble (à 52 %) et seuls… 3 % des personnes interrogées déclarent qu’ils fonctionnent « très bien ».

La difficulté à recruter et l’attractivité des carrières resterait le « cœur du problème ». « Depuis dix ans, le nombre de candidats aux concours a été divisé par deux, souligne ainsi le ministre. C’est une tendance de fond, dont j’ai fait ma première priorité. Tout repose là-dessus : notre capacité à attirer des gens et à les garder. » 

Alors que des négociations salariales doivent s’ouvrir en janvier dans la fonction publique Stanislas Guerini affirme que « le sujet des évolutions de carrière et des rémunérations sera [s]on chantier principal », celui-ci se fixant « quatre axes de travail » : « l’égalité femmes-hommes, le logement des fonctionnaires, la débureaucratisation, et enfin la santé au travail ». 

Une capacité de financement « durablement obérée » 

Loin d’être suffisant, aux yeux de Fabien Bazin (PS), président du département de la Nièvre (et ancien maire de Lormes), et Bruno Piriou (DVG), maire de Corbeil-Essonnes, qui critiquent, dans une tribune publiée dans le cadre de l'enquête du JDD, un projet de loi de finances (PLF) pour 2023 « en trompe-l’œil »  qui ne propose qu’« une stagnation des moyens des services publics ».

Selon eux, l’augmentation affichée des dépenses publiques serait « totalement absorbée par les effets de l’inflation ». Et « l’enveloppe de 320 millions d’euros à destination des collectivités n’y change rien. Il suffit de faire un rapide calcul pour estimer [que] l’effort budgétaire reviendra en moyenne à moins de 10 000 euros par collectivité quand l’impact de la hausse des prix se chiffre parfois en millions d’euros... » 

« La décroissance des moyens, conjuguée à la poursuite des baisses et suppressions d’impôts à destination des entreprises [dont la CVAE] et des plus aisés, obèrent durablement la capacité de financement et d’investissement des services publics », fustigent les deux élus de gauche qui considèrent que « le gouvernement décide de faire supporter l’intégralité des efforts sur les services publics ».

Les femmes et les sympathisants RN plus sévères

On peut, par ailleurs, noter que le sondage de l'Ifop révèle que le sentiment des répondants proches de la majorité présidentielle est, une nouvelle fois, plus positif que la moyenne, et l'opinion des personnes proches du Rassemblement national plus négative.

Ceux qui se disent proches du RN sont ainsi les plus sévères, 76 % d'entre eux portant un regard négatif sur le fonctionnement des services publics. A l'inverse, seuls 35 % des sondés proches du parti présidentiel Renaissance portent ce jugement critique. 

De la même manière, le mécontentement des femmes interrogées est supérieur de cinq points à celui des hommes (64 % contre 59 %). L'insatisfaction semble augmenter avec l'âge, les plus de 35 ans étant là aussi cinq points plus critiques que les répondants les plus jeunes (63 % contre 58 %).

(Source: article de A.W. AFP pour Maire-Info 07/11/2022)
 

 

Mairie d'Amance - 19 Grande Rue - 10140 AMANCE - Tél : 03 25 41 37 36 - Canton Vendeuvre sur Barse - Aube - Champagne Ardenne - Création OvOtix motorisation Clé de Site

 ok
Inscription à la newsletter : 
 ok
Vous êtes ici > SERVICES PUBLICS
cliquer à droite de la photo pour avancer dans le diaporama, à gauche pour revenir, sur une vignette pour afficher la photo
amancevilleaubois.fr
amancevilleaubois.fr
amancevilleaubois.fr
amancevilleaubois.fr
amancevilleaubois.fr
amancevilleaubois.fr
amancevilleaubois.fr
amancevilleaubois.fr
amancevilleaubois.fr
amancevilleaubois.fr
amancevilleaubois.fr
amancevilleaubois.fr
amancevilleaubois.fr
amancevilleaubois.fr
amancevilleaubois.fr
amancevilleaubois.fr
amancevilleaubois.fr
amancevilleaubois.fr
amancevilleaubois.fr

precedent suivant

Site de Amance La Ville au Bois dans l'Aube

amance ville au bois dans l'aube

Mairie d'Amance et de la Ville aux Bois

amance ville au bois dans l'aube

Conseil Général de l'Aube   Région champagne ardenne      Le site internet de la Région Grand Est

    La solution de paiement de la Direction Générale des Finances Publiques

 

 

 

Mairie d'Amance et de la Ville aux Bois

amance ville au bois dans l'aube